Posts on juillet 2011

Happyview*37: Bertrand Vergely – Petite philosophie du bonheur

Si Bertrand Vergely ne vous tire pas un sourire voir un rire, déshabillez vous, levez le bras gauche, bouchez vous le nez avec la main droite et faites trois tours sur vous-même dans le sens inverse des aiguilles d’une montre. Ca va mieux ?

Un matin, j’étais avec Jess à la maison. Nous préparions une présentation pour Happylab. Cherchant l’inspiration, je sortais tous mes bouquins sur le bonheur. Je me constitue en secret la plus grande collection de livres dédicacés sur le bonheur. Dans une pile, je tombe sur Petite philosophie du bonheur de Bertrand Vergely.

Ce livre là n’était pas signé car je l’avais acheté suite à une rencontre dans une librairie.

En effet, quelques mois plus tôt, je feuilletais des bouquins dans les étalages et je me trouvais juste devant le livre qu’une femme cherchait avec excitation. Retour à l’émerveillementde Bertrand Vergely. Elle l’avait vu à la télé la veille et débordait d’enthousiasme.

Je continue mon chemin dans les allées et là mon œil est appelé par la tranche d’un livre « Bertrand Vergely » Je souris et fais glisser le bouquin hors de son étagère. En quatrième de couv, « Bertrand Vergely aussi auteur de Petite philosophie du bonheur
Dans la vie je marche au clin d’œil. Il ne m’en fallait pas plus pour commander le livre et lui faire découvrir sa nouvelle famille sur les étagères de mon petit chez moi.

Quand je tombe sur le livre noyé dans ma collection, je dis à Jess que ce serait chouette que je le rencontre ce Bertrand Vergely.

Le soir même, je filmais pour mon blog. J’engage la conversation avec un monsieur qui me demande pourquoi, pour qui je filme. Je lui parle de Moodstep. Immédiatement il me dit « Il faut que vous interviewez Bertrand Vergely ! » « C’est ce que je disais justement ce matin » « Je vous passe ses coordonnées »

Bertrand Vergely a gentiment accepté mon invitation et nous avons passé deux heures à discuter du bonheur.

La vie est magique.

Happyview*36: Le contrôleur du Bonheur

Quand j’arrive au lieu de RDV « chez Julien » Il n’est pas là. 14h j’ai faim à en défaillir. Je m’installe chez la voisine chinoise avec des légumes Shangai et du riz blanc. Emmanuel Arno arrive et commande une ration. Une fillette vient de lui offrir un savon à la lavande et il en est tout ému. C’est devant ce déjeuner tardif que je découvre la vie tumultueuse du contrôleur du Bonheur. Un roman sa vie et une enfance mieux que Rocambole!

Interview dans une galerie de Montmartre qui nous accueille avec gentillesse. Un fabuleux espace et des œuvres colorées comme j’aime.

Il était temps de passer aux choses sérieuses. Déjà en montant la rue Lepic, je ne parlais que d’elle. Emmanuel me l’a offerte. Une glace chocolat fraise.

Nous n’avions pas encore fini le cône que le contrôleur du Bonheur se met en action. Il a repéré des contractuelles de l’autre coté de la rue.

« Contrôleur du Bonheur, montrez-moi vos sourires » Et les pervenches tournent pivoine.

Sourire Richard Gere, Botticelli, amoureux ou bougon, le CdB trouvera votre nature.

Direction métro Blanche pour un petit aller-retour sur la ligne2. Le Contrôleur du Bonheur ne laisse pas indifférent. Certains s’ennervent, d’autres rigolent, certains se ferment, d’autres viennent à sa rencontre. Et quand le lien se fait Manu sort de sa sacoche une casquette gavroche et tend son megaphone pour une photo souvenir que l’on retrouve sur son blog.

Je fais maintenant partie de la brigade 🙂

cdbcdb2

Happyview*35: Yolaine de La Bigne – Le bon sens dans la vie

Mon père aime dire et même écrire sur les murs « Il y a des professeurs de tout sauf de bon sens »

Mon père serait heureux de rencontrer Yolaine de La Bigne, auteure de Le bon sens dans la vie : C’est le bonheur ! car elle remet le bon sens à l’honneur. Elle est également co-auteur avec Sophie Davant de Le dico du bonheur

C’est Catherine qui la première m’a envoyé ce lien. RDV est pris.

Je suis ressortie de mon entretien avec Yolaine, guillerette, légère, pleine d’entrain. Je viens de rencontrer un volcan d’enthousiasme, une femme d’action qui déborde de joie.

Femme de média, elle est avant tout gourmande de vie, d’échange. Elle distille tout l’été ses bonnes nouvelles sur Europe1 et nous fait découvrir avec NéoPlanète une écologie positive.

Quand je serai grande, je veux être comme Yolaine de La Bigne, l’incarnation d’un bonheur nourri d’action, de rencontres, de curiosité.

Et si vous ne me croyez pas, regardez cet extrait de notre conversation, ça respire la joie. Yolaine, moi, elle me file la banane!

Happyview*34: Vincent Cespedes – Magique étude du bonheur

Voilà un bout de temps que mon radar à bonheur avait sonné, hurlé même. Magique étude du bonheur. Vincent Cespedes .

Vincent était dans mon collimateur à bonheur et pourtant je me refusais à le contacter. Le jour où je le rencontrerai, je me présenterai.

C’est chose faite. Je revenais d’une expo par les petites rues calmes de Belleville quand je croise Arnaud et sa copine. Je leur dis que justement je pensais à l’instant qu’il était bon de se balader seul dans les rues de Paris. Je les quitte et quelques mètres plus loin, dans cette rue peu fréquentée de Paris, je vois Vincent Cespedes qui monte la cote.

Figée en pleine rue! Je lui dis en m’avançant vers lui « Vous devez vous demander pourquoi je vous regarde comme ça… Je suis obligée de vous accoster… je me présente Joanna… »

J’étais aux anges que la vie me fasse encore une surprise pleine de sens, qu’elle mette sur mon chemin les bonnes personnes. La vie est magique, c’est sûr et ces rencontres, hasards à répétition me le confirme chaque jour.

Je sautais tellement de joie que Vincent se tourne vers ses amies et dit « c’est ça le bonheur »

Il me dit qu’il fait justement une conférence sur le bonheur au Philo barrio. Je lui donne RDV là-bas pour une interview que voici.

Fascinant pour moi de rencontrer un jeune philosophe plein de verve. Philosophe, voilà une profession que j’apprends à connaître tant la classe de terminale m’avait habituée à une philosophie, certes inspirante, mais dont les figures de proue doivent au moins avoir mangé un pissenlit par la racine.

Vincent, lui, est bien vivant, jeune et bien dans son temps. Quand il parle, on sent la matière des mots, c’est étonnant. Je suis subjuguée par sa facilité à allier les mots par texture. Ca ne s’explique pas, ça s’écoute.

Vous pouvez le retrouver pour l’abécédaire du Philobarrio et qui sait, peut être acceptera-t-il de venir propager l’onde de charme à un forum Happylab.

Abonnez-vous à la lettre d'information pour recevoir chaque mois les nouveaux épisodes
S'abonner

Send this to a friend