Posts on juin 2012

Happyview*67: Paul-Hervé Vintrou – Managez dans la joie

J’étais assise à coté de Gérard Mulliez.

Comment avais-je atterri près de Lille assise à coté de Gérard Mulliez? Tout avait été très vite puisque c’est autour d’un verre à Paris quelques semaines plus tôt que je rencontrais un homme si généreux et spontané qu’il m’a pris sous son aile sans même me connaitre et m’a emmené dans ses aventures.

J’ai passé un après-midi et une soirée fabuleuses. Nous avons parlé chaleur humaine, management, musique, fruits et légumes…

Au coeur de l’après-midi donc, Gérard Mulliez me demande si il peut s’assoir à coté de moi. Bien entendu, nous sommes chez lui après tout. Son assistante lui tend des livres qu’il a reçu par courrier, juste sous mon nez attentif. Oui j’ai un nez attentif, c’est rare mais ça existe.

Sous mon nez, Managez dans la joie au bénéfice de la performance. Il passe vite le livre de Paul-Hervé Vintrou mais mes sens particulièrement entrainés à identifier les mots bonheur, joie ou heureux entament un hymne de reconnaissance qui est, si ce sujet capitale vous intéresse, un croisement entre un ukulele, une tyrolienne passionnée de polyphonie corse et le cri de la marmotte en rûte. Un hymne joyeux et … original.

Rentrée à Paris et encore sur un petit nuage, je contacte Paul-Hervé Vintrou.

J’ai senti un homme curieux, ouvert, enthousiaste et posé. Il m’a accueilli chaleureusement chez lui et a abordé le thème de la spiritualité dans le management. Cela m’a décontenancée car voilà un sujet qui est souvent caché sous le tapis, masqué. Spiritualité et entreprise, j’y avais mis moi-même un voile, le sceau du tabou. Quel courage! Peut-être est-ce moi qui ai des idées reçues, qui me suis érigée des interdits.

Du coup j’en profite pour sortir du placard. Lors de mon étape Niortaise (je suis actuellement en voyage à travers la France), j’ai fait une soirée Karaoké. « Non merci je ne sais pas chanter. » Deux heures plus tard j’écorchais toutes cordes vocales dehors une chanson de Lionel Richie et quelques autres. Le Karaoké entre amis c’est juste phénoménal. Un grand merci à mes hôtes et à mon ami de plus de 20 ans pour cette soirée incroyable! Ne nous cachons plus quand quelque chose est bon et nous permet d’avancer!

Happyview*66: Isabelle Jacob – Créativité

Moodstep prend de grandes respirations et les articles se font plus rares ce dernier mois.

Quelques raisons à ça. Un samedi 2 juin sublissime où je n’ai pu que constater comment l’amitié et l’amour peuvent se manifester de la plus belle manière. Mon frère s’est marié dans la chaleur d’un jour béni par le soleil et la grâce des sourires de tous.

Et comme un de mes amis se marie en Ardèche en juillet, j’ai décidé de prendre ce temps pour visiter la France. Je suis donc sur les routes de Normandie, du Périgord, des Pyrénées, des Cévennes, d’Ardèche, de Bourgogne… jusqu’à la mi-Juillet.

J’en profite pour lancer deux nouveaux projets personnels dont je ne manquerai pas de vous parler. D’ailleurs dans l’interview d’Isabelle Jacob que vous pouvez découvrir aujourd’hui, Isabelle parle sans le savoir de mes nouvelles envies. Comprendre son bonheur débouche sur une transformation personnelle qui ne tarde pas à se manifester dans une transformation sociale. J’ai envie d’explorer les cadres de notre société, de rencontrer ceux qui ouvrent de nouveaux chemins. Je vous en reparle bientôt.

Et puis la Galaxie Happylab s’étend et ce petit voyage me permet de faire des repérages pour l’un des projets d’Happylab: Happylab est dans le pré. Vendredi on m’a parlé d’un lieu magique à l’autre bout de la France. J’y vais. D’ailleurs, vous pouvez peut-être m’aider, je cherche un coin de nature qui inspire la contemplation et l’émerveillement. En septembre, j’ai du pain sur la planche puisque Happylab se lance de nouveaux défis avec: Radio Happylab, Happylab Academy, Happylab entreprise, les cafés Happylab, le Forum Happylab du 13 octobre… Une galaxie je vous dis!

Moodstep reste un mantra du bonheur avec une question qui peut paraitre vaste ou insignifiante et qui m’amène à constater à quel point nous ne mettons pas les mêmes définitions derrière les mots. Et lorsque l’on creuse, on trouve cependant la même essence. Je suis si friande de ces rencontres que ce ralentissement n’est que provisoire puisque je sais déjà qui je vais aller rencontrer en septembre quand je rentre de ma villégiature bretonne.

Je vous invite maintenant à découvrir cet entretien avec Isabelle Jacob qui a fondé le centre Iris de formation à la créativité. C’est grâce à un bug informatique que j’ai rencontré Isabelle. Quand je suis arrivée dans la petite cours de la rue de Bagnolet où je vous invite à aller flâner tant les petits passages du quartier sont charmants, j’ai pris Isabelle de court avec mon objectif car je n’avais même pas dit que j’allais l’interviewer. Ça devient si évident pour moi que j’oublie même d’en parler!

Je vous laisse découvrir cet entretien avec encore de nouvelles facettes du bonheur qui n’avaient pas encore été mentionnées.

En sortant du centre Iris je me suis retrouvée un micro sous le nez, une caméra en pleine face. TéléBocal! Alors, vous avez regardé le débat de l’entre deux tours? Bientôt la cadreuse abandonnait son poste car j’étais en plein débat sur la démocratie avec le journaliste. A ce moment Stéphane, un copain me donne une tape dans le dos. Un hasard, j’aime les hasards. J’ai quitté le journaliste en bons termes malgré un départ chaotique. C’était une belle journée.

Abonnez-vous à la lettre d'information pour recevoir chaque mois les nouveaux épisodes
S'abonner

Send this to a friend