Crédit Photo: Elise Le Pallabre

Je me prénomme Joanna.

Ce blog est l’outil que j’ai choisi pour apprendre.

Après 7 ans d’interviews video sur le bonheur, j’utilise aujourd’hui ce medium pour améliorer ma compréhension des clés de la connaissance de soi et les moyens de les mettre en action au sein des équipes.

En 2014 j’ai créé les Turbines à bonheur. J’anime ce jeu de cohésion d’équipe en entreprise avec des groupes de 50 à 400 personnes. Je cherche toujours à découvrir de nouvelles portes d’entrée dans ce passionnant voyage qu’est la découverte de soi et la transformation pour ensuite pouvoir les utiliser dans mon métier.

.

Au commencement

Je suis née en 1976. Ma mère portait un ensemble jaune citron, mon père des rouflaquettes, ma grand-mère l’habit du pays lorientais pour les grandes occasions.

Il y a quelques années, un cousin de la famille est décédé. Il était prêtre et son grenier regorgeait de bibles et vieux livres. On avait invité mon oncle à venir y faire le tri. Gourmande de ces lieux emplis d’histoire, je l’accompagne. Quelle ne fut pas mon émotion de découvrir une carte postale datant du 11 février 1977 adressée au cousin où mon grand-père écrit:

« Pluie, vent et éclaircies, mais assez pour me permettre quelques petites promenades avec Joanna qui ne veut pas se décider à marcher seule, mais en revanche, elle commence à faire des petits discours qu’elle est bien la seule à comprendre »

Aujourd’hui, une de mes activités est de faire des conférences sur le thème du bonheur. Je crois que j’ai tout simplement commencé très jeune. Depuis j’essaye de ne pas être la seule à comprendre. Pour cela, j’aimerais vous parler de mon parcours et de mes activités.

.

Trois grandes périodes ont rythmé ma vie d’adulte

about again

La première fut un voyage initiatique. Serveuse à Hong Kong, ouvrière dans une fabrique de bateaux traditionnels en Malaisie, volontaire dans un orphelinat en Thaïlande,  cueillette des pommes en Nouvelle-Zélande, archéologie au Guatemala, réceptionniste au Maroc, prof au SénégalMa philosophie était « Une vie pour cent vies ». A l’été 94, 18 ans, je m’envole pour un stage de deux mois à Singapour. En 1997, partie en Malaisie en vacances, je décide de ne pas rentrer. N’ayant pas un sous en poche, je commence à travailler d’abord comme serveuse à Hong-Kong puis à chaque halte … J’apprends la diversité et l’adaptation.

La seconde fut  un parcours professionnel. Le master achat de l’école de management de Bordeaux en poche, je pars travailler aux Etats-Unis, en Hollande, en Angleterre pour des multinationales comme Reckitt Benckiser (Air wick, woolite, Cillit Bang, calgon…) ou Numico (groupe Danone) en tant qu’acheteuse. Lors d’une de mes évaluations de fin d’année, mon manager me qualifie d’acheteuse créative. La joie de ce métier fut pour moi de réinterroger le pourquoi nous faisions les choses ainsi, de mener l’enquête dans les usines, de valoriser l’expertise de mes fournisseurs et de gagner l’adhésion de tous les services de l’entreprise pour engager le changement. J’y découvre également le plaisir du management. … J’apprends l’analyse, l’organisation, l’efficience.

La troisième fut une enquête sur le bonheur.

Même si le voyage m’a fait grandir, même si l’entreprise m’a donné les moyens et la sécurité pour pouvoir me révéler, je devais combler maintenant un autre appétit. Sans vraiment savoir où j’allais et après quelques vacillations, j’ouvre un blog sur la thématique du Bonheur.

Moodstep, 142 interviews vidéos de philosophes, psychologues, artistes, aventuriers… sur le bonheur. Que peut-on apprendre de leurs parcours singuliers ? Comment la vie des autres éclaire la notre ? J’ai appris à créer des sites wordpress, filmer, monter, créer des génériques et tellement plus. J’ai rencontré des gens époustouflants et jamais l’enthousiasme ne m’a quittée. En 2016, j’y lance un podcast sur l’intelligence managériale s’intéressant au savoir-être dans l’entreprise.

Quelques mois à peine après la création de Moodstep, Jessica me contacte. Nous parlons bonheur, nous créons dans la foulée Happylab.

Happylab, est une association qui a pour mission de faire monter la France sur le podium des pays les plus heureux au monde. En 2010, nous organisons notre premier événement: le forum Happylab. C’est une après-midi de conférences et ateliers sur le thème du bonheur. Un rendez-vous bi-annuel. L’association rayonne de plus en plus avec des cafés tous les premiers dimanche du mois à travers la France, un livre, un webzine, des interventions en entreprise…

.

En 2016 commence ma nouvelle entreprise.

Je quitte la direction d’Happylab pour devenir Opératrice de Turbines à bonheur. Fruit de 7 ans d’exploration du bonheur et surtout d’une meilleure connaissance de mes talents et sources d’épanouissement, les Turbines sont une mise en pratique de notre bon sens personnel. Nous plaçons souvent les réponses en dehors de nous, je crois que le bonheur est une expérience personnelle dont nous sommes les seuls à pouvoir trouver la combinaison.

dernier logo

Mes autres terrains d’exploration sont la méditation par la peinture et la photographie des moments de partage.

Mon parcours professionnel sur LinkedIn et sur Viadeo

.


.

Et parceque ce blog était à l’origine en anglais: présentation dans la langue de Shakespeare

My name is Joanna.

I was born in Saint Cloud. It was white and soft and a good way to travel. So I went all over the world.

I was an intern in Singapore, a student in South-Korea, a waitress in Hong Kong. I picked apples in New Zealand, worked in a boat factory in Malaysia. I traveled on a rooftop in Laos. I was a Gambi in California, found a maya vase in Guatemala. I’ve been a receptionist in Casablanca, a teacher in Senegal. I was paid to buy in New-Jersey and Netherlands, consultant in Leamington-Spa, volunteer in an orphanage in Thailand. I was taught cricket rules in Pakistan…

One day I felt I had seen enough so I came back to my home country: France. One of the key to happiness is to have meaning, to have a goal and I found mine. My mission: raise the happiness level on the planet.

Because my smiles are also coming from the more serious part of my life, let me tell you about it. I was a buyer. No, not a shopper ! A Buyer. A purchaser. Professional. Yes. I own a master degree in purchasing. What is a purchaser !? Do your homework! ☺

I was a buyer and quality manager for a Small company in the center of France. A city of 30.000 where the time is slower, where you have to carry your own light to see. I owe to the people of this company my confidence. The impact of your work on such a small scale company is quickly visible. It is very encouraging and it gives a clear vision of your work’s yield. With the full support of an encouraging director, I got the chance to visit the tanneries of Calcutta, to punch my hand on the table in the middle of a negociation round in Faisalabad, to cheer every 5 minutes at a meal with 8 chinese people… Each discovery about the job was yield for the company. It’s a great feeling.

My second job, I was a buyer of labels in Parsippany, New Jersey. I was so lucky, I had the best boss possible for me. He was custom-made. Freedom, protection from part of the pressure of the company and faith. Thanks to this perfect mix, I was able to enjoy myself at finding solutions that fitted the company’s needs.  And the magic worked again. To be frank, I was surprised. And then I was proud. But this you must have felt already? ☺

My third job, I was a Global purchaser for a dutch company. I learned that you shouldn’t go for the glamlights. (I am not even sure that word exists.) I enjoyed being the last in the class. Bad grades all the way. Not able to work with my manager. Irreverence. I met people I loved working with, loved the city of Amsterdam, had good relationships with my suppliers but just didn’t fit in. Resolved mainly “in time to market” situations. Was devastated with my very average capacity at understanding business law.  I lost my way there.

My fourth job. I was a consultant for a british company. Great team of people and a very good school to the british management style that I really enjoyed. I was assigned to different project and my role went from data crunching to setting up Boost-Juice chain in the UK. I became better at managing my expectations and my boss 😉 I learned also a bit about customer relationship as I handled alone, at the start, the Boost Juice account. I met the founder of the chain, Janine Allis, and was very inspired by her listening skills. What a great woman! She listens, smiles, shares. I wish I could give as much energy as this woman gives others.

That leads me to entrepreneurship.  I founded Happylab and now I am a freelancer animating game based coaching sessions for teams, the Happiness Shake.

Dare to follow me but don’t forget, I live on a cloud 🙂

Joanna

Abonnez-vous à la lettre d'information pour recevoir chaque mois les nouveaux épisodes
S'abonner

Send this to a friend