Devant moi, un tambour. Pas un tambour, le tambour, le compagnon dont j’ai poncé le bois, tourné les liens, rembourré la mailloche.

Je viens de passer trois jours entiers à fabriquer un tambour chamanique, stage animé par Olivier Simonnet qui clôturait la première année de l’école de néo-chamanisme de Gislaine Duboc.  J’y allais un peu comme on irait à un stage de poterie, pour la fierté d’avoir fait de mes mains; j’en suis revenue hier, chamboulée. Comme le bonheur et comme cette année passée avec Gislaine, je n’avais pas compris que j’allais me découvrir, tomber par terre, grandir par grandes enjambées, que c’est dans le chemin que se trouve le trésor. Ce n’était pas un tambour, c’était un miroir !

Le chamanisme, cela pourrait paraitre farfelu et d’une certaine manière ça l’est car cela demande de se laisser aller à une autre façon de se relier au monde. Grâce à la force du groupe, nous découvrons nos mécanismes souterrains si facile à voir chez l’autre si compliqué à identifier chez soi. Quand on reprend toute sa responsabilité et que l’on est prêt à la transformation, on en reste pantois ! Durant cette année nous avons explorer notre relation à la mort (comme l’explique si bien une de mes compagnes de jeu), à l’amour, au tout.

Ce we, Olivier par le processus de construction du tambour, par sa présence bienveillante et son écoute a fait voler en éclat mes défenses. J’ai regardé par dessus le mur et j’ai bien envie maintenant de l’enjamber.

Je crois que j’ai réveillé la chamane en moi ! Alors cette interview tombe à pic ! D’autant plus qu’en arrivant dans la salle d’attente du cabinet d’Arnaud, je découvre un de ses prospectus et il organise ses stages chez Gislaine !

La boucle est bouclée. Délectez-vous de cette rencontre avec Arnaud Riou et vous aussi osez réveiller votre Chaman intérieur.

————————————————————————————

La lettre d’information d’octobre: Métamorphose

Pour la recevoir directement chaque mois dans votre boite aux lettres, c’est ici. Pour recevoir chaque article dès sa parution, c’est là.