C’était à un diner avec une vingtaine de presque inconnus. Avant de s’asseoir pour manger, on bavarde, papote, croise des marmottes. (j’ai pas trouvé d’autre mot en ote!)

Je me trouvais dans une situation kafkaïenne et honteuse.

Parmi les invités, il y avait un homme qui me demandait beaucoup d’attention au point où je me suis dit qu’il ne fallait pas que je sois assise à coté de lui pendant le diner car j’en aurais perdu mon plaisir d’être là.

Je vous avais dit que c’était honteux! Avouez, vous aussi parfois vous vous sentez drainé par une personne sans que rien ne le préfigure. Non! Je suis donc la seule, hideuse créature que je suis. Je devais en parler, dévoiler ma noirceur, ça me pesait trop!

Mais voilà, j’avais faim. Quand j’ai faim, je perds les manettes de la machine, c’est un petit piranha qui se met aux commandes. Et comme il ne semblait pas y avoir d’autres petit piranha dans la salle, personne ne semblait pressé de s’asseoir pour envoyer l’entrée.

Il fallait que j’impulse le mouvement. A table!

Oui mais si je m’asseyais en premier, je prenais le risque que mon aspirant vienne s’asseoir à coté de moi. Terrible dilemme.  Très vite mon petit piranha échafaude une tactique. Il choisit une place en bout de table près du mur pour réduire le nombre de possibilités et entraine un inconnu qui se tenait là, Christophe, dans sa tactique de déminage des places. Mon petit piranha l’invite à nous rejoindre (mon piranha et moi) tout en lui confiant dans un sentiment mélangé de honte et de machiavélisme notre dessein (oui j’ai participé). Il faut qu’il prenne la place en face de moi pour réduire le nombre de sièges disponibles.

Nous avons commencé à discuter et quand je parle d’Happylab à Christophe, il pousse un grand cri (dans mon souvenir en tout cas). Il connait Happylab et souhaitait me rencontrer! Nous nous sommes dit que la vie était bien faite.

Voilà un article bien morale comme il faut avec des bouts d’apologie de la fuite, du calcul et du snobisme dedans. Aucune morale ce piranha, je me demande comment il a eu le permis.

Donc voici un long entretien avec Christophe. Pour une version courte faite par des journaliste 100% pur beurre c’est là. Et pour rétablir l’équilibre du monde mis en péril par mon petit piranha, mettez en pratique le livre de Christophe Impliquez-vous ! 101 actions solidaires et écolos pour un monde meilleur

Toutes mes excuses pour ce texte très difficile à comprendre, je crois que c’est l’excitation du Forum Happylab de samedi.  Quand je suis impatiente, y a un petit paracanthurus hepatus qui prend les commandes et ça aussi c’est très difficile à comprendre.