Une chanson qui parle de bonheur sur le quai d’une gare. « Le bonheur ce n’est pas compliqué… il suffit de respirer »

J’étais venu voir Pierre Rabhi et j’ai rencontré Pierre. J’étais venue seule, invitée par Lorenza et ma soirée a fini à 4h du matin avec Piou Piou et Fabrice dans un restaurant de la Butte-aux-Cailles. Une soirée magique avec son lot de hasards et d’aventures non-planifiées.

Pierre, lui, c’est un gant qui nous a réuni. Un de mes gants avait tenté les espaces sauvages sous les gradins. Pierre, me voyant désœuvrée devant le peu d’autorité que j’exerçais sur le fuyard, s’est faufilé entre un banc et le planché et a ramené l’évadé, une boite entière de Kiri et un foulard. Nous avons discuté et il m’a parlé de sa chanson et aussi de sa philosophie. Pierre est un colporteur de chansons et je joue au porte-voix.