Happyview*142 : Ilona Boniwell – Psychologie positive

Je suis heureuse de finir ce cycle de 7 ans d’interviews sur le bonheur avec Ilona Boniwell. En premier lieu parce qu’Ilona est une des pionnières de la psychologie positive et que son parcours international vient enrichir notre connaissance de cette discipline assez neuve. Mais aussi parce que j’ai découvert une femme passionnée et pleine de nuances, et j’aime ce recul qu’elle a sur sa passion. Nous nous sommes trouvées quelques points communs comme celui d’être nées la même année. Mon prénom parle de joie, son nom ressemble à un nom d’artiste du bonheur et du bien-être. Y-a-t-il un brin de notre destinée inscrit dans nos patronymes ?

Après cette interview, j’abandonne cette question du bonheur qui a été le fil conducteur de ce blog. Je vais recentrer mes interviews sur des questions beaucoup plus pratiques et tangibles. Je vous en dirai plus bientôt quand j’aurai posé à plat toutes les pièces du puzzle.

Pour retrouver toutes les activités et publications d’Ilona : POSITRAN

Happyview*141 : Ucka Ludovic Ilolo – Chorégraphe d’entreprise

L’oreille au téléphone, je courrai après Malek autour du Forum des Halles à Paris. Qui connait Malek sait que je n’avais aucune chance si il n’avait pas eu la bonté de m’attendre. Au pied de la Fontaine des Innocents, je l’aperçois. Grands sourires. Il pose sa main sur mon épaule et nous nous dirigeons vers la terrasse où il a localisé Olivier des Amanins avec qui nous avons rendez-vous. Il me demande comment je vais. Je viens d’une région où l’on se fait la bise du bout des lèvres donc, même si cela fait fondre mes armures, j’aime la chaleur de ses origines kabyles et sa gentillesse hors norme. Olivier est là en compagnie d’un inconnu, Ucka. Je ne boude pas mon plaisir de passer du temps avec trois hommes inspirants (et tous beaux). La décontraction et la sincérité d’Olivier. La sagesse et la bienveillance de Malek. Le mystère Ucka !

Je ne connaissais rien de Ucka. Malek, lui, avait fait ses recherches et le félicitait pour son TEDx, qui, je le découvrirai plus tard, est exceptionnel. Ucka est danseur et chorégraphe d’entreprise. Il intervient au sein de Ticket for Change avec mes amis Vincent et Stéphane.

Notre soif étanchée, c’est l’heure des accolades et des vœux de bon voyage pour Olivier qui part avec sa compagne et ses filles pour un tour du monde.

Je rentre à pied et Ucka m’accompagne d’abord pour un petit bout qui se finira au coin du quai de Jemmapes et de la Grange aux belles. Avec sa casquette, son fixie, devant un rideau de fer coloré, j’ai écouté Ucka me démonter les mots pour m’en montrer les mécanismes. Il aurait pu parler des heures tant le sujet le passionne. J’ai rarement rencontré homme aussi complet, aussi à l’aise avec la pensée qu’avec le corps.

Il remontait vers le canal de l’Ourcq, je regagnais ma tanière rue Alibert. J’ai fait moins de 5 pas quand je tombe sur un copain qui allait m’embarquer dans une toute autre aventure !

Cette interview avec Ucka a été chaotique et il a du mérite à rester souriant et décontracté alors que j’étais tendue et distraite. J’espère que vous pourrez quand même percevoir la force et la profondeur d’Ucka. Retrouvez-le sur son site O in motion

Et pour info et parce que je ne sais pas pourquoi je prends un malin plaisir à me ridiculiser : la définition de l’épistémologie !

——————————————————

La lettre d’information de décembre : Ne me dis pas

Pour la recevoir directement chaque mois dans votre boite aux lettres, c’est ici. Pour recevoir chaque article dès sa parution, c’est là.

Happyview*140 : Sophie Benkemoun et Nadège Larcher – L’ Atelier des parents

Pour cette rencontre, je dois un grand merci à une lectrice de ce blog dont je n’arrive pas à retrouver le mail. Après l’interview, je n’ai qu’une envie, c’est de participer à un Atelier des parents alors que je n’ai pas d’enfant !

Ce qui m’enthousiasme, c’est de sentir la passion de deux femmes qui dédient leur vie professionnelle à rechercher pour synthétiser et transmettre. J’ai le sentiment de pouvoir faire des bonds grâce à ces formateurs sans avoir à me plonger dans de gros bouquins. Comme j’aime comprendre par la relation et l’expérimentation, ces rencontres excitent mon envie d’apprendre.

Je vous confie cette discussion sur la pédagogie, un sujet qui me tient à cœur.

Retrouvez l’Atelier des parents sur le site de l’Atelier des parents et sur Facebook.

——————————————————

La lettre d’information de novembre : C’est la faute à Voltaire

Pour la recevoir directement chaque mois dans votre boite aux lettres, c’est ici. Pour recevoir chaque article dès sa parution, c’est là.

Happyview*139 : Maïté et Alexandre – La Flottaison

Mon premier souvenir de Maïté est celui d’un café Happylab où Vincent Avanzi nous transformait en poètes. Quand Maïté a lu sa prose, je fus estomaquée par la force de ses mots et sa prestance.

Une amie qui fait partie de l’équipe d’Happylab se prénomme également Maïté. Il n’en a pas fallu plus, un prénom en commun lors d’une recherche internet, pour que notre flotteuse s’intéresse et débarque au Forum.

Un jour je tombe par hasard à la FNAC des Halles sur Gilles Babinet qui m’invite au lancement de son dernier livre. C’est à la Paillasse ! Maïté est là entre les pontes en cravates et elle m’ouvre la porte de son univers qui est juste sous nos pieds. Un centre de flottaison qu’elle a construit de A à Z avec son compagnon Alexandre.

Quelle aventure ! Et quelle époque extraordinaire puisque l’impression 3D, les FabLabs, la coopération open-source ouvrent des champs de possibilités inimaginables. Ces deux là ont développé un projet fort de sens pour eux et manient aussi bien la truelle, la anse de théière que la communication. Découvrez leurs vidéos de présentation de Meïso pour mieux comprendre en quoi cela consiste.

                        

Et en ces périodes de fêtes, pour les parisiens, c’est une bonne idée de vivre de nouvelles expériences et de couper le son pendant une heure.

Je vous souhaite à toutes et tous de très belles fêtes de fin d’année.

Ma méditation créative

En totale contradiction avec cette vidéo ou après évolution, je participe à l’expovente de la Fabrique à ressorts le 11, 12 et 13 décembre au 25 rue de Sambre et Meuse. Inséparables ces deux là ! J’exposerai et vendrai certaine de mes toiles. Tous les détails sur la page de l’événement.

Happyview*138 : Dominique Jacquier – Le Chi Tao Ming

C’était le 8 novembre. C’est loin le 8 novembre !

J’étais sur la route entre la Bretagne et la Drôme. Dès mon arrivée je suis allée à sa rencontre, d’abord parce qu’avec ses tours, elle était le meilleur guide pour le centre de Reims mais avant tout parce que j’aime m’asseoir dans les lieux de dévotion. Les cathédrales sont le paradoxe tout entier de notre piété éprise de grandeur. J’aime m’y sentir si petite.

IMG_8037 IMG_8041 IMG_8057

J’avais rendez-vous ensuite avec trois sourires, Pascale, Lucile et Cécile. 45 personnes sont venues ce dimanche après-midi pour expérimenter une turbine à bonheur grâce à leur merveilleuse mobilisation !

Ensuite Pascale m’accueillait pour la nuit et avait convié la joyeuse troupe à une dinette au Champagne chez elle. Elle m’avait parlé un peu plus tôt de Dominique dans des termes élogieux. Quand je vois cette étincelle dans les yeux d’une personne aimante, je ne pose pas de question, je saisie l’occasion.

Après quelques coupes, les délicieuses rillettes végétales de Cécile et autres gourmandises, je suis face à Dominique dont je ne sais rien. Rien même pas en quoi consiste le Chi Tao Ming qu’elle pratique.

Je vous laisse donc découvrir comme je l’ai fait ce jour là la bienveillante Dominique qui, je le sais, fait du bien autour d’elle et c’est la plus belle façon de mener sa vie.

——————————————————

La lettre d’information d’octobre : Délestage

Pour la recevoir directement chaque mois dans votre boite aux lettres, c’est ici. Pour recevoir chaque article dès sa parution, c’est là.

RDV : WebCafé de l’imprévu

cafe-imprevu-limiteUne visioconférence avec un thème en compagnie de Gislaine que j’ai interviewée en 2014. Depuis, j’ai eu l’occasion de voir Gislaine dans son travail et d’en récolter les fruits. J’aime Gislaine car elle n’est pas dans la posture de l’enseignant sur piédestal. Elle est entière et parler avec elle me fait toujours évoluer.

Le thème : comment mettre ses limites en amour, au travail, avec ses enfants en amitiés etc… deuxième versant de la limite : est-ce que d’avoir une limite fait de moi quelqu’un de limité ?

RDV le mercredi 16 décembre à 19h. Vous pourrez poser vos questions, donner votre point de vue sur le sujet. Pour se faire il est préférable de vous inscrire avec une adresse Google. Vous pouvez également vous inscrire pour recevoir automatiquement l’enregistrement après le café.

Voici les reflexions de Gislaine après notre premier Café qui avait pour thème l’argent.

 

précédent »