Connais-toi toi-même

Monter en haut d’une échelle et s’observer de plus haut. Reconnaitre la physionomie des vagues d’émotions, non sous l’angle menaçant de la gueule écumante déjà voutée au dessus de votre tête, mais plutôt sur les barreaux du haut, les pieds chatouillés par la houle. Se connaître, enfin sortir la tête du seau.

Parfois j’ai cette sensation de sortir la tête d’un seau, comme réveillée d’un rêve où les choses les plus incongrues paraissent normales. Avoir la tête dans un sceau d’eau, normal. Complètement fusionner avec des croyances fixes sur le monde, des automatismes dictés, marcher sans voir ce qui se passe autour. Automate, oublier qui je suis. Je suis mes pensées, mes pensées sont moi.

Détraqué. Une pierre sur la route, un éblouissement peut-être, la tête éjectée du seau, l’air entre dans mes poumons et là je réalise que j’ai marché tout ce temps là, la tête dans le seau, persuadée que le monde était au fond.

Se connaître pour comprendre nos émotions. Être présent, l’attention de toute une vie.

Pour nous aider à développer notre connaissance de nous-même, beaucoup de passionnés de la nature humaine développent des outils.

Aujourd’hui, je vous propose de découvrir un peu plus les fruits des travaux de l’IME que nous avions déjà abordés en rencontrant Pierre Moorkens. Avec ce livre, « Votre profil face au stress. Comment les neurosciences font du stress votre allié.  » écrit par Patrick Collignon et Jean-Louis Prata, nous découvrons les différentes familles de stress. Le livre a cette particularité d’être en dialogue avec votre profil personnel puisqu’il est construit autour d’un test de 46 questions que vous faites en ligne. Il décortique les 4 cadrans de vos résultats: votre type de stress, votre état d’esprit, vos gachettes et votre façon de gérer vos ambitions.  Superpack: un test, un livre et cette interview avec Jean-Louis Prata.

——————————————————————————————————————-

Depuis quelques jours, le rythme des marées commence à me manquer. Heureusement que je peux fermer les yeux et sentir les embruns.

En Bretagne, j’ai rencontré une femme formidable: Elise Le Pallabre. Une fille de douceur et de courage qui retranscrit avec passion sa vision du monde grâce à des crèmes. Regarder la beauté autrement, voilà ce que nous explorons ensemble.