Comme un tricot. Une maille à l’endroit, une maille à l’envers depuis l’enfance. Une maille de mathématique, d’histoire, de géographie. Une maille de bonne éducation, de merci madame, de s’il vous plait. Une maille d’il faut, de tu dois, de pas comme ça. Une maille de tu es le meilleur. Une maille de tu es un incapable.

Un tricot qu’on porte sur le dos. Une maille à l’endroit, une maille à l’envers.

Chaque famille, chaque histoire, son tricot sur mesure. Tu es un enfant et si tu veux survivre, il faut que tu repères tes alliés, tes guides. Ils dictent comme ont dicté leurs parents: « une maille à l’endroit, une maille à l’envers ».

Tu dicteras à tes propres enfants. A l’endroit, à l’envers.

Un jour, j’ai réalisé que mon tricot n’était pas à ma taille, que je m’y sentais un peu étriquée. Un jour j’ai découvert le point mousse, le jersey. Un jour j’ai commencé à détricoter.

Nous faisons certaines choses depuis la nuit des temps et nous oublions de les revisiter. Revisiter ne veut pas forcément dire tout changer mais c’est avoir la curiosité de repenser même ce qui nous parait le plus évident. Dans ces zones de certitudes se cachent des trésors.

Le parcours d’André est passionnant car ses parents ont osé revisiter l’évidence même: nos modes d’éducation. André n’est jamais allé à l’école, il n’a suivi aucun cours. La seule force de son enthousiasme l’a amené à apprendre et à trouver son chemin.Il raconte son histoire dans …et je ne suis jamais allé à l’école

Merci à Marie Deschamps pour cette rencontre.

—————————————————————————————————————————

La lettre d’information de juillet: La chute des idoles

Pour la recevoir directement chaque mois dans votre boite aux lettres, c’est ici. Pour recevoir chaque article dès sa parution, c’est là.