Reading Some Good News.
Creative Commons License photo credit: John Pastorello

Mourir, mort ! Changement de ligne éditoriale ?

Non juste un message de Guillaume qui fait des recherches sur le sujet et me dit que ce livre parle de bonheur.

En effet, John Izzo parle de bonheur, du bonheur mis à l’épreuve du temps. Il synthétise dans ce livre les cinq « secrets » du bonheur qui ressortent des 200 interviews qu’il a mené auprès des seniors. Mais si ! Vous savez ! Les seniors, ces personnes avec le coin des yeux ridés, les articulations qui craquent, des histoires d’anciennes vies plein leur besace. Ceux que nous tentons de cacher désespérément sous le tapis !

Vieillir, c’est se rapprocher de la mort … «lalalalalala j’entends rien, j’ai les oreilles bouchées lallalalalalllalala » …

Dans certaines cultures, la vie avant 51 ans n’est que la préparation pour l’age mûr où l’on peut partager de sa sagesse, celle qui vient avec l’age, l’expérience, l’apprentissage. Chaque phase de la vie à ses vertus, et John Izzo nous fait profiter du trésor des 60 ans et plus.

Les cinq secrets sont connus, le vrai secret est de les appliquer. Tout ces seniors heureux qui partagent des bouts de vie avec nous dans ce livre sont avant tout des praticiens.

Premier secret : Etre soi-même.

« Une vie sans examen ne vaut pas la peine d’être vécue. » Socrate

Prendre le temps régulièrement de réfléchir sur sa vie, ses choix pour entendre ce que notre cœur nous dit. Il faut avoir la discipline d’écouter son cœur et le courage de le suivre.

Deuxième secret : Pas de regrets

On a rarement le regret d’avoir échoué alors que le regret de ne pas avoir essayé peut nous hanter. Il faut faire des choix et parfois prendre des risques plutôt que de se laisser diriger par la peur.

Troisième secret : L’amour, pratiquer la compassion

C’est l’élément central. Il décrit l’amour non comme une émotion mais comme un choix, celui d’aimer, d’être l’amour. Choisir d’aimer dans nos interactions.

Quatrième secret : Etre dans le moment présent

« Juger moins, vivre plus » pourrait être le slogan de ce chapitre. Il faut entrainer l’esprit à ne pas être sans cesse dans le passé ou le futur, le ramener au moment présent.

Cinquième secret : Donner plus que ce que tu ne reçois.

Pour être heureux il faut donc être soi-même et se connaître (premier secret) mais aussi savoir se perdre. Faire partie d’un mouvement, d’actions plus grandes que soi qui participent à ce que le monde soit meilleur quand nous partons qu’à notre arrivée. Le bonheur personnel passe au bonheur collectif.

J’ai beaucoup aimé ce livre. Il est plein de bon sens, d’écoute, d’anecdotes ; il rappelle l’essentiel. J’espère pouvoir rencontrer un jour M. Izzo car les livres sont des trésors et j’ajoute celui là à ma caverne.