La pyramide du bonheur est un « outil de réflexion qui ne dicte ni n’impose rien, il laisse place à la solution qui est en soi. L’utilisateur commence par être un lecteur, puis un architecte. Sa construction aide à l’émergence des idées, à voir ce qui compte réellement pour lui. »

Conceptualiser le bonheur, en voilà une drôle d’idée!

Bruno m’a offert la pyramide. Installée chez moi, je soulève le couvercle du cube vitré. La pyramide, les fiches, le livre, le crayon, je découvre les éléments de ce coffret étonnant. C’est complètement fou le travail, l’attention, la réflexion que cela représente. On sent la collaboration de plusieurs talents autant dans le graphisme que dans l’esprit d’analyse et de synthèse. En filigrane, on perçoit les rencontres, le voyage de Thétis qui ont nourri ce projet.

Je n’ai pas encore construit ma pyramide car c’est un vrai travail de fond qui demande de l’engagement et du temps. Cette pyramide nous offre la possibilité d’identifier et de visualiser quels sont nos sources de bonheur et nos blocages. Elle nous aide à prendre du recul sur nous-même et mieux distinguer nos émotions et les actions que nous mettons en place ou pas pour être plus heureux.

J’ai rencontré Bruno et Nathalie aux aurores à l’aquarium du Trocadero avant son ouverture au public. J’ai causé avec les requins qui se poudraient le nez avant l’arrivée du public. Seuls avec ces tonnes d’eau et des milliers de nageoires, c’est irréel et excitant. Quelle chouette moment! Quelle chouette rencontre!