Je me fais ces réflexions à voix basse, dans ma tête, de peur qu’on ne m’entende et que l’on me trouve niaise.

Je me dis, au coeur d’un moment banal, que je marche et que c’est une chance immense. Je me dis qu’il faut que je sente le bout de mes orteils, que je ne sais pas ce qu’il adviendra de moi demain et que de mettre un pied devant l’autre est un bien précieux. Comme je ne peux pas penser toujours à mes pieds, parfois j’observe mes phalanges.

Heureusement que personne ne sait que régulièrement j’encense mon corps d’une révérence de silence des méninges, que j’écoute les sensations du corps. Heureusement que ce ne sont que des moments furtifs, des plaisirs calfeutrés dans le silence de ma boite crânienne car il ne faudrait pas que cela se sache, j’ai une réputation à maintenir! Quelle personne saine d’esprit aurait le temps de fermer les yeux pour sentir son corps de l’intérieur? Pas moi!

Alors que j’avais 21 ans, j’ai changé le cours de ma vie après avoir rencontré quelqu’un qui avait failli mourir.

Je n’attendrai pas d’être face à un mur pour apprendre des expériences des autres. Je n’attendrai pas pour voir la beauté du monde et apprécier les chances que j’ai.

Nous avons tous des cartes différentes, et quand je vois comment Magali joue les siennes, je me sens tous les courages.

Magali passe des larmes à un sourire éclatant en un bruissement de cil. Elle est comme le temps parisien ces derniers jours. Eclatante de beauté, brillante comme un soleil puis émue aux larmes par l’évocation d’un être cher. Magali célèbre par sa vie sa chance d’être là. Elle me dit que les souffrances qu’elle a du traverser, les difficultés qu’elle rencontre, elle ne les échangerait pour rien au monde. C’est dur à comprendre. Aimer son handicap ? Aimer les leçons des épreuves traversées ! Difficilement intelligible quand l’épreuve est quotidienne. Pourtant à la voir danser, braver les regards, évoluer avec difficulté et grâce, je ne peux qu’être inspirée.

Voici donc notre échange suivi d’un extrait de son cours de danse avec sa troupe et son professeur Lyse Seguin..