Quand je serai présidente, je doterai et porterai beaucoup d’attention à deux ministères: celui de l’éducation et celui de la recherche. Je dis quand je serai présidente car j’essaye de virtuellement reprendre le pouvoir. J’avoue que mon estomac se noue quand j’entends les gâchis d’énergie, de potentiels de nos chérubins, la frustration de nos enseignants, les interrogations des parents. Cette société est complexe et je me sens parfois pieds et poings liés quand il faut passer à travers des tunnels d’obligations qui me paraissent déconnectées du bon sens et de l’épanouissement de l’individu.

Du coup je suis présidente en devenir. Je forge ma vision pour le pays. Je rassemble mon courage pour oser braver l’injustice. Je repère mes ministres, droits, altruistes, instruits, passionnés, bienveillants, les pieds sur terre, la tête dans les étoiles. Je me tricote une cape de présidente en point mousse.

Le ministère clé dans mon gouvernement sera donc l’éducation. Je ne vois rien de plus important que de donner le gout d’apprendre, de vivre avec les autres, de créer, de lancer des projets, de construire son estime de soi. Je suis peut-être naïve mais je crois que ça réduira mécaniquement les besoins de prisons, d’alarmes, d’avocats, de radars, de seringues, de médocs…. Si chacun de nous avait été reconnu dans son enfance comme un petit geyser à merveilles, le monde serait-il si furieux? Je trouve que trop d’enfants sont confrontés à la violence parce que souvent les adultes qui les entourent n’ont pas été protégés gamin. On apprend vite que ce monde est impitoyable et on le perpétue ainsi.

Alors oui, je pense qu’il est primordial de donner les moyens aux enseignants, aux parents et aux enfants de créer un cadre rassurant pour eux afin qu’ils puissent faire ce qu’ils savent faire le mieux, jouer, créer, être présent au moment. Je crée donc un ministère athlétique qui puisse se réinventer grâce à des gens comme Antonella Verdiani.

Antonella est d’abord une passionnée du sujet et elle a écrit un livre chez Actes Sud qui répertorie ces écoles qui rendent nos enfants heureux

Ca commence par là, regarder ce qui marche. Ensuite Antonella a créé le Printemps de l’éducation qui réunit des parents, des enseignants pour faire des propositions concrètes et inspirer l’évolution de nos institutions.

C’est un travail fondamental et monumental. Heureusement les initiatives émergent et le thème est récurrent sur ce blog avec des initiatives comme Living School ou La fabrique à bonheurs.

————————————————————————————————————————-

Le paradoxe du bonheur est dans la dernière lettre d’information. Pour la recevoir directement chaque mois dans votre boite aux lettres, c’est ici. Pour recevoir chaque article dès sa parution, c’est là.