Le bonheur, chacun le définit à sa façon.

Trouver son bonheur!

Je ne sais pas si le bonheur se trouve en identifiant les morceaux, les biens, les relations qui feraient de notre vie une vie idéale.

Comprendre ce qui nous rend heureux pour s’en approcher ! L’impatience de compléter le puzzle !

Ça ne marche pas comme ça pour moi.

Le bonheur comme un but me paraît illusoire car je serais bien incapable de savoir ce qui me rendrait heureuse. Le bonheur plutôt comme un processus, comme l’équilibre du funambule, tout le temps en réajustement dans l’instant.

Les guides de l’équilibre sont dans l’oreille. Les guides du bonheur sont dans l’émotion. Je marche aveugle. Ma grande vanité est de croire que je contrôle, que je sais où est mon bonheur, que ma volonté et mes neurones sont les pilotes.

Beaucoup de personnes que j’ai croisé dans ma vie m’ont dit que je réfléchissais trop, que je décortique tout. J’aime penser, déconstruire, reconstruire. Plus jeune je m’habillais de la couleur des murs, seule la pensée et la parole devaient séduire. Il me paraissait entièrement normal que le cerveau dirige le corps. Et si j’avais en fin de compte envisagé les choses à l’envers ? Si j’avais laissé mes neurones gouverner un royaume qui ne leur appartient pas.

Mes sens perçoivent. Mes émotions parlent. Mon intellect, mon corps sont au service. Comment accepter que je ne sache pas consciemment ce qui est au centre de mon bonheur et m’en remettre à mes émotions pour me guider comme si un copain de jeu me disait « chaud », « froid » et que je devais sans cesse réajuster ma position pour découvrir ce que je n’aurais même pas envisagé par la pensée ?

Je remets mon bonheur aux mains d’une part de moi qui sait mieux et qui me parle à travers mes émotions. J’écoute mes sensations car c’est son langage.

Mon bonheur est une cible mouvante et invisible à l’œil, en suspend dans le moment présent. Seule ma capacité à accepter le changement, à faire confiance à mes guides, les émotions, à entrer en action avec une intention juste me permet de réajuster ma position pour saisir le bonheur présent.

Et ces mots bientôt seront les mots d’une enfant qui découvre un poil de chameau de l’espace sans savoir à quoi ressemble la bête et que bientôt elle chevauchera les airs sur le dos de l’animal. (La comprendra qui peut 😉

Sur le thème du bonheur et comme j’organise en ce mois de mars la croisée des blogs, j’ai demandé à quelques membres du forum des blogueurs en développement personnel, ce qu’était le bonheur selon eux. Voici leur réponse.