Happyview*133 : Daniel Blouin – Sorties de zone

Quelle joie de vous retrouver pour une nouvelle interview !

Quelle joie d’avancer, de dépasser les obstacles, d’apprendre, de grandir ! Le soleil me grise et imprime en moi un élan d’enthousiasme que j’ai du mal à contenir.

Ces dernières semaines ont été déstabilisantes. Et comme si un scénariste écrivait les péripéties, il fallait que je sois coupée de cette source d’allégresse qu’est pour moi Moodstep afin de regarder mes zones d’ombre. Rencontrer des personnes passionnantes et inspirantes est une chance extraordinaire qui me ramène systématiquement à l’essentiel. C’est donc avec grande joie que je vous propose de découvrir le parcours étonnant de Daniel Blouin, entrepreneur québécois qui inspire à oser et à cultiver ses passions.

Daniel a fait des choix audacieux dans sa vie puisqu’il a préféré suivre des intuitions plutôt que de faire des choix dits rationnels. Son dernier virage à 180° l’a amené sur le plateau de télé de Christine Michaud qui nous a mis en contact.

J’espère pouvoir bientôt retourner au Québec pour me frotter à l’optimisme québécois. Attache ta tuque ! J’arrive !

————————————————————————————————

La lettre d’information d’avril: Le grand silence

Pour la recevoir directement chaque mois dans votre boite aux lettres, c’est ici. Pour recevoir chaque article dès sa parution, c’est là.

Forum Happylab du 28 mars

Forum Happylab 28 mars 2015 from Happylab on Vimeo.

Depuis l’année dernière, les Forums Happylab ont un tout nouveau goût. Plus que 2 conférences parce qu’il est toujours exaltant d’apprendre des autres et de recevoir des personnalités qui nous intriguent. Le nouveau goût il vient de la pause qui s’est transformée en un champs où butiner douceurs, musique, conversations.

Et puis la turbine à bonheur. 2h où l’on se met en lien, où l’on apprend sur soi, où l’on épaule les autres. Développer ces turbines et surtout sentir la joie, tout prend son sens. Nous apprenons dans l’action et le lien.

Je réfléchis déjà aux pistons à développer pour la turbine du 10 octobre. Peut-être irons-nous explorer nos habitudes. Celles qui nous renforcent et celles qui nous plombent.

En tout cas nous parlerons d’amour avec Arouna Lipschitz. Peut-être aborderons-nous la spiritualité ou le handicap avec Denis Coquet. Un duo de choc pour ce 11ème Forum.

Happyview*132 : Anne Ghesquière – Métamorphose

Je viens de tirer sur ce livre rose qui dépasse de ma bibliothèque. « Le guide des cosmétiques bio » acheté avant même la création de Moodstep. J’aime, comme le met souvent en scène Lelouch, nos vies en parallèles qui se frôlent  et un jour se rencontrent pour un tango ou un marathon. Lelouch lui aussi croisé dans un avion au dessus de je ne sais quel océan et je suis comme une boule de flipper entre fiction et réalité.

Et un peu comme une voyante le poils hérissé par l’excitation d’aller voir la Lune faire de l’ombre à la Terre demain, je saisis le livre Métamorphose d’Anne et j’ouvre au hasard. Quel message ?

Je préfère passer la journée à remplir mon être de lumière plutôt qu’à chasser l’ombre

Parfait, plusqueparfait !

Découvrez également les milliers d’articles, boite aux trésors qu’est Fémininbio

————————————————————————————————

La lettre d’information de février: Le principe de réalité

Pour la recevoir directement chaque mois dans votre boite aux lettres, c’est ici. Pour recevoir chaque article dès sa parution, c’est là.

Happyview*131 : Jean Pagès – L’appreciative Inquiry

Pour Moodstep (qui est une autre façon de dire « pour me faire plaisir »), j’aime découvrir des outils. Ça doit être Robert de Quélen qui le premier m’a parlé de la discipline avec grand enthousiasme. Il l’utilise dans sa pratique.

Dans la salle à manger de mes grand-parents paternels, sur le buffet, trônait un portrait,  celui de Hyacinthe Louis de Quélen. Ma mère aimait à s’imaginer des ancêtres nobles. Elle s’était même inventé un nom à particule. Elle avait donc tout naturellement imaginé une lignée prestigieuse à mes grand-parents en leur offrant ce cadre de leur aïeul supposé. Mon nom est Quélen. La particule manque. Donc, quand on m’a présenté Robert de Quélen, j’étais aux anges. Quel est le rapport avec l’Appreciative Inquiry ? AUCUN.

C’est en interviewant Stéphane Dieutre qu’il m’a présenté son voisin de palier, le pionnier français de l’outil, Jean Pages. Qu’est ce donc que cette démarche appréciative ? Un outils pour l’entreprise et les groupes.

—————————————————————————————————————–

Des petits bonbons de bonheur. J’ai créé un petit format à déguster en moins de 2″

Les pastilles bonheur me permettent de me repencher sur ces 130 interviews, ces 6 ans de questions et de faire remonter les moments forts. La première avec Bertrand Vergely, le philosophe de l’émerveillement, qui me fait rire. La deuxième avec Philippe Gabilliet, le prof de l’ESCP spécialiste de la chance et de l’optimisme, qui nous fait une synthèse aux petits oignons.

Happyview*130 : Christian Routin – 10 vérités pour un bonheur durable

Les circonvolutions de la vie. 1988, je pars vivre en Corée du sud avec ma famille. Ecole Française de Séoul, mon père monte une fronde avec une autre grande gueule, un certain Routin. 20 ans après, je retrouve sa fille. Lors d’une soirée dans un restaurant vouté parisien, elle me présente son frère en partance pour le Vietnam. Nous nous connectons via Facebook et je le vois tantôt à la télé, tantôt en costume cravate dans des coupures de journaux : la gloire !

Que s’est-il donc passé ?

Christian nous explique avec émotion comment il a trouvé ce qu’il appelle son chemin de vie mais aussi comment il l’a fuit pendant des années par peur de souffrir. Extirpé du Vietnam à l’age de 9 ans, il se baladait avec sa blessure. Voilà l’histoire de comment il a guéri et fleuri. Il partage également quelques unes de ses 10 vérités d’un bonheur durable.

恭禧發財
Gong Xi Fa Cai!

Bonne nouvelle année du Yang porteuse de chance et prospérité !

————————————————————————————————

La lettre d’information de janvier: Ma cathédrale intérieure

Pour la recevoir directement chaque mois dans votre boite aux lettres, c’est ici. Pour recevoir chaque article dès sa parution, c’est là.

Happyview*129: Erwann Menthéour- Et si on décidait d’aller bien

En ce moment, je n’interviews que des hommes.

Ils me fascinent les hommes.

On entend souvent que cette civilisation souffre de son déséquilibre entre les valeurs féminines et masculines. Et pourtant, qu’ils sont beaux les hommes. Que j’aime leur ardeur, leur façon de composer le monde, de l’enchanter d’esprit, de réflexion.

Le cercle des femmes a toujours été pour moi une source incroyable de force, de connexion aux profondeurs de l’être, à son chaos, à sa magie. Je rencontre maintenant beaucoup d’hommes engagés, intelligents, doués qui font bouger les lignes.

Breizh Atao ! Un breton ! Erwann Menthéour fait parti de ces hommes qui peuvent nous engager à mettre en action le changement. Il aurait pu se cantonner au bien-être pour vivre plus longtemps, pluss beau, plusss mieux. Non, il voit plus large, il englobe et nous construit des ponts. Votre façon de consommer est un des fondements de cette société. Votre alimentation capitale ! Faites-vous du bien ! Ecoutez cette interview jusqu’au bout car c’est un vrai cadeau. Merci Erwann.

Son dernier livre chez Solar Si on décidait d’aller bien

Son premier livre en poche. Si on arrêtait de se mentir

Happyview*128 : Stéphane Dieutre – Identifier ses talents

J’ai rencontré Stéphane sur un hasard alors que nous avions RDV.

Par clavier interposé, Stéphane et moi avions décidé de nous rencontrer.

Quelques jours plus tard, je me rendais à une conférence de Bernard Marie Chiquet sur l’Holacracy et parce que j’ai tendance à fourrer mon nez partout, je lisais par dessus l’épaule de la personne devant moi à l’accueil. Il remplissait son badge : « Stéphane Dieutre ». Que je raffole de ces petites coïncidences !

Plus tard, une amie me conseille les bons soins de Stéphane. Encore plus tard, je lis Power Patate sous le toit d’une belle maison normande et là, de lignes en lignes, Stéphane qui se ballade.

Nous avions RDV le 7 janvier pour cette interview.  J’avais le sac sur le dos quand les journalistes commencent à égrener les noms. Les jambes coupées, les yeux flouttés, je ne peux plus décoller mon oreille de l’info continue.

Abasourdis, nous voilà happés par la tragédie.

J’habite République à Paris. Extrait de la complexité de la situation, des enjeux, des avis, du drame, pendant un moment, ce Dimanche, le temps a ralenti et j’ai eu l’impression d’entendre le cœur du monde, un instinct de paix, le calme dans l’oeil du cyclone. Les jours suivants, les voitures à sirènes, les camions satellites, les rondes de piétons, le rythme s’accélère, les questions surgissent. Cependant, je me rappelle que pendant un instant, j’ai baigné dans la fraternité et ça, personne ne pourra nous le reprendre.

Nous sommes tous porteurs de talents. Chacun de nous est unique et nous nous privons de fabuleuses contributions à ne pas réexaminer notre vivre ensemble. Oui à la liberté et à la fraternité ! Urgence d’égalité en cultivant nos différences ! Je vous invite à redécouvrir l’interview d’Elina Dumont qui parle de ceux qui sont rejetés par le système. Beaucoup font leur part du Colibri en France et dans le monde mais la masse critique n’est pas encore atteinte. Espoir.

 ————————————————————————————————

La lettre d’information de décembre: La nostalgie du présent

Pour la recevoir directement chaque mois dans votre boite aux lettres, c’est ici. Pour recevoir chaque article dès sa parution, c’est là.

précédent »